Les M.D.A.

Publié le par Hemipresente

h-20-1472969-1238144739-1-.jpg

 

Cet après-midi je me prends par la main et me rends chez le médecin expert chez qui j’ai été convoquée. Le comité médical se réunira mi septembre, on est le 29 août, il faut que j’aie son avis avant … je n’ai plus le choix.
C’est une consultation « libre » : tu es libre d’arriver plus tôt et tu es libre d’attendre deux heures.
Comme à mon habitude, et afin d’être tranquille, j’arrive une demi-heure en avance. Je m’attends donc à être seule et la première à passer. Pour une fois, quelqu’un a été plus prévoyant que moi. Lorsque j’entre dans la salle d’attente, Il y a déjà un homme et ses deux marmots ; que je vous dresse le tableau : le bonhomme est absorbé par la lecture de Jours de France, son fils aîné est affalé par terre avec des petites voitures au milieu d’un tas savamment éparpillé de revues, et le cadet répandu sur une chaise, tête en bas et jambes en l’air, pieds appuyés sur le mur. Dès l’entrée, je sais donc à quoi m’en tenir …
« Yéoù Papi ? »
J’ai la faiblesse de croire que j’élève mes filles correctement, alors j’ai vraiment du mal avec les MDA. Mais si, vous les connaissez voyons, les MDA, les Mômes Des Autres. C’est ainsi que le Viking désigne les petits monstres quotidiens …« Yéoù Papi ? » … qui font des caprices dans les supermarchés, répondent « merde » à leurs parents à cinq ans, sautent sur les lits chez Ikea, se roulent par terre lorsqu’il faut partir de chez un petit copain, se font vomir pour exprimer leur contrariété, hurlent lorsqu’on leur refuse un jouet … ou tapent des pieds sur les murs dans une salle d’attente. …« Yéoù Papi ? » … Boum boum. Le petit qui prononce cette phrase, qu’il goûte en bouche et répète toutes les trente secondes, doit avoir dans les quatre ans. Je n’entrave pas grand-chose de ce qu’il dit, à part cette lancinante antienne. Moi je m’inquièterais avec un môme qui parle aussi mal à cet âge-là … « Yéoù Papi ? »… Boum boum .. mais je me vois mal en faire la remarque au père, d’autant qu’il semble affligé de surdité puisque pour l’instant il n’a ni répondu à la question qui commence à me tarauder, mais où est donc Papi ? ni intimé l’ORDRE à son rejeton de cesser de salir le mur avec ses godasses.
« Yéoù Papi ? ».
Tandis que le petit tambourine des pieds sur le mur … boum boum … et pourquoi s’arrêterait-il puisque personne ne le lui demande ? … le grand continue de jouer avec force bruitages aux petites voitures, qu’il entreprend à présent de faire rouler sur les assises de tous les sièges jusqu’au mien… « Yéoù Papi ? »… Je dévisage vertement (oui, oui, on peut) le père, qui ne daigne pas lever le nez de son magazine, puis toise le merdeux, sans que mon regard de killeuse ait sur lui le moindre effet. « Pip piiiiiip » me klaxonne-t-il avec insistance. Non mais qu’est ce qu’il croit le moins-d-un-mètre… « Yéoù Papi ? »…que je vais me lever ? « Pip piiiiiip » Le père lève un œil fatigué, ne me regarde pas, et lâche mollement « laisse la dame Lucas et viens t’asseoir » …« Yéoù Papi ? » … Pendant une seconde j’ai le fugace espoir qu’il va profiter de son retour dans le monde pour répondre à son cadet. Mais non. Le grand s’est éloigné de moi, non pour obéir, mais parce que, m’ayant finalement enjambée, il a fini son tour de la pièce, et le petit tambourine toujours sur le mur …« Yéoù Papi ? » …
On atteint bien vite mon seuil de l’insupportable, et pourtant il y a encore un quart d’heure à patienter avant le début officiel des consultations... Boum boum. Pip Piiiiiiip. Yéoù Papi ? Boum boum… Je vais en claquer un, le père ou les mômes, faut que ça s’arrête. Boum boum. Pip Piiiiiiip. Yéoù Papi ? Je ne suis pas violente de nature mais là bon sang ! Je suis sur le point de me lever et de partir lorsque la porte s’ouvre.  Le médecin passe la tête par l’entrebâillement. C’est peu dire que d’avouer que je l’ai trouvé beau. « Mooonsieur B. et les garçons, après vous ».
Les deux monstres et leur fantoche de père sont partis.

Mais voilà qu’on sonne à la porte du cabinet, qui s'ouvre à la volée. Alors que je m’atchoufe dans mon siège en relâchant un soupir de soulagement, entrent dans la salle d’attente une maman aux yeux hagards et deux petites filles qui se latent même pas discrètement en jouant des coudes pour se précipiter sur la caisse de jouets. Misère…Heureusement que c'est bientôt mon tour...

Publié dans Les gens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cécile 01/09/2012 20:41

"Non mais qu’est ce qu’il croit le moins-d-un-mètre" MDR !

Hemipresente 01/09/2012 20:54



Et adaptable quand les MDA grandissent ! "le moins-d-un-metre-vingt" etc.



Agnès 29/08/2012 20:55

Et t'as même pas été tentée de répondre "MAIS IL EST MORT PAPI BORDEL !" ?

Hemipresente 29/08/2012 21:34



:D comment as tu deviné ?