Ennui

Publié le par Hemipresente

quarterrest-1-.gif

Ca prend la forme d'un subtil décalage entre le son et l'image, une demi-seconde.

Je suis ici et je m'absente, vous me parlez et je ne vous écoute pas, je vous vois et regarde autre chose.

C'est mis en branle par un détail, une poussière, quelque insignifiance qui s'enroule autour de ma volonté comme un liseron avide, et je me plie avec complaisance, je ploie, je laisse faire, mes soucis et mes contingences s'envolent suspendus à l'examen scrupuleusement attentif de l'échange de regards rigolo que j'ai surpris tout à l'heure  entre le parleur trop fort dans son portable et l'écouteur trop attentif en face de lui, qui a fini par prendre part à la conversation hurlée.

Ou alors ce fou timide aux tempêtes hurlées sur le marché.

Et même ce jeune chercheur qui s'escrimait sur son ordinateur à trouver le bon idéogramme pour ce rapport en chinois qu'il tapait entre les cahots du bus.

Je suis trop légère pour rester à ma chaise, assise, clouée.

Je me refais un café, parfois son amertume parvient à m'enchaîner au monde réel, mais en passant devant le bureau de ma responsable j'aperçois son ventre rond de profil, joli, sous son pull noir, et me voici laissant déborder la tasse que j'ai déposée sous le jet brûlant, les yeux intérieurs tout emplis de nostalgie. Allons.

Certains jours rien n'y fait je m'ébroue, me rince le nez mille fois, retiens ma respiration jusqu'à suffoquer et je reste un peu au-dessus du sol, un peu en retard sur la musique, un demi temps, un demi-ton, ailleurs.

Floue.  

Publié dans Beeeeeurk

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article