De la dépression et des criquets

Publié le par Hemipresente

criquet_des_genevriers-1-.jpg

 

Nous sommes rentrés hier soir, à la nuit tombée, par la route ; la soirée chez nos amis avait été douce, on se réchauffe toujours auprès de ceux qu'on aime. En pleine ville, tout près de Versailles, un criquet minuscule a atterri sur le pare-brise. Nous étions à l'arrêt, à un feu, il a commencé à parcourir la surface transparente, par dessous je pouvais voir ses antennes s'agiter, sa curiosité piquée au vif, ses pattes minuscules. Il y a loin de Versailles à chez nous. La voiture roulait vite, la bestiole a tenté de sauter mais il était trop tard. Elle semblait écrasée par le poids de l'air, je la voyais déjà se vidant de sa substance sous cette pression intenable, agonisant là sous mes yeux. Un criquet de moins quelle importance ?
Lorsque nous sommes arrivés, enfin, contre toute attente il a recommencé à bouger puis a sauté nonchalamment, poursuivant sa vie infime, autostoppeur paisible parvenu à bon port. Et j'ai senti l'émotion me gagner, une joie inattendue, immense, lumineuse, que je ne connaissais plus, que je n'espérais plus, la révélation d'un après encore accessible, d'une bataille que je pourrai gagner un jour, comme si j'avais, moi, remporté celle-ci. Tout est encore possible.

Publié dans En douceur

Commenter cet article

Lise 07/08/2012 22:12

C'etait il y a 2 ans, oui, excusez moi de vous demander pardon, mais j'insiste, tu vois, j'insiste ... tous les possibles sont à portée de main, suffit de laisser passer un jour, puis un autre et
365 autres et encore 365. Avec l'amour en support, tous les possibles sont à nos portes.

Hemipresente 07/08/2012 22:26



Oui Lise, mais parfois c'est bien long et bien lourd, une simple journée, et il faut un courage phénoménal pour en venir à bout.