Ah, l'Ecole ...

Publié le par Hemipresente

711628109-1-.jpg

 

Ca faisait un fameux bail que je m'étais pas tapé un (petit) fou rire en lisant les nouvelles. Le plus souvent le matin j'achète Libé au vol, quotidien fort sérieux qui suscite rarement l'hilarité faut reconnaître, ou alors c'est pas fait exprès. Sauf qu'en ce moment ça s'interconnecte tellement au poil de mollet de fourmi mes transports en commun que j'ai point le temps de baguenauder chez le marchand de journaux, alors pour rester "aware" j'attrape au vol un "Métro" ou un "20 minutes" et je trace.

Or donc ce matin un entrefilet des plus banals m'a, je le confesse, arraché quelques gloussements. Cela dénote me concernant sur ce créneau spatiotemporel une réjouissance peu commune.

Je vous le fais, avé la voix sérieuse et sans affect des journalistes débutants
"Elle apporte une grenade à l’école. LILLE. Une fillette, dont le frère avait trouvé une grenade de la Seconde Guerre mondiale, a apporté l’engin à son instituteur samedi. L’établissement, qui compte 191 élèves, a été évacué vers l’école maternelle voisine."

Anodin. Concis, précis, sans commentaire déplacé ni la moindre petite pointe d'ironie. Eh ben je trouve ça dommage.

Son frère l'avait trouvée, qu'i disent, la grenade, et puis en rentrant il a fait son faraud et le père se l'est empochée ni une ni deux. "Trop dangereux pour les gosses" ... Ca ferait super bien dans sa vitrine. Des objets pur jus de cette époque-là ça ne court pas les rues, ou alors ça fait carrément deux cents kilos et on fait venir le déminage, il a dû se dire qu'il avait du pot et que c'était une belle pièce. Ca ne pouvait pas être un collectionneur, il aurait eu conscience de la dangerosité de la chose, non non, juste un crétin quotidien.

La gamine, il l'a sans doute impressionnée pour pas cher.

"Regarde ce que j'ai trouvé ! Tu sais avec ça les Allemands ils tuaient les Français pendant la guerre ! ... Si on tire là (et le frôlement de son doigt sur la goupille lui déclenche un délicieux frémissement dans toute l'échine) au bout de cinq secondes, cinq secondes ! ... faut courir vite ou lancer loin ! ... eh ben elle explose, baoum ! Et la maison elle est rasée !"

C'est une luronne, sûr de sûr, elle sait pas trop s'il faut y croire complètement ou si c'est un genre de croquemitainerie à la mode CM1, mais ça lui fait aussi le petit frisson, là. Alors quand la maitresse leur dit que la semaine prochaine ils vont commencer à étudier la seconde guerre mondiale, elle trépigne. Dans la cour de récré, elle suscite un attroupement qui passe inaperçu parce qu'il y en a tous les jours, parce qu'aller voir le tout dernier joujou à la mode ou le mouvement de danse tektonik les instits s'en grattent, parce que ce jour-là ils ont autre chose à glander qu'à surveiller le préau et qu'il y a les photos de mariage de Laurence à regarder ...

"Eh ben moi mon papa il a trouvé une grenade ! même qu'il dit qu'elle peut encore sauter !
- pfff n'importe quoi même pas vrai
- SI! C'EST VRAI !!!! Et même que je l'apporterai à la maîtresse pour parler de la guerre et tu vas voir si c'est même pas vrai !"

Et vlan. Ca vaut mieux que "et boum" vous m'direz...

Je me figurais juste la tronche de l'instit ... Elle est en train de dicter l'énoncé de la leçon du jour ...

"La Seconde , la... seconde ..., guerre, guerre avec deux R Tabatha ! ... guerre ... mondiale. "LA" guerre, donc un E à mondiale ...
- Maîtresse ! maîtresse ! J'ai apporté quelque chose pour l'histoire !"

Elle est blasée la maîtresse ; tous les ans, elle a droit aux médailles du Pépé-qu'a-été-gazé, elle en a plein les bottes.

"C'est bien Sophie tu peux aller au tableau nous montrer ce que c'est on finit de noter le titre et on t'écoute".

Elle est toujours de dos dans le fond de la classe qu'elle parcourt toujours de long en large lorsqu'elle dicte les leçons.
Sophie, toute contente d'avoir un satisfecit et ptete bien une bonne note, ouvre son sac à dos, attrape la chose, et va se placer sur l'estrade devant tout le monde, la grenade dans la main gauche et l'index droit sur la goupille ...

Et là l'instit se retourne ...

Commenter cet article