Esseulement, et si seulement

Publié le par Marie-Laetitia



127-crique-1-.gif

 

Je descends entre les chardons et les ronces ce petit chemin qu’avait suivi l’âne l’autre jour, à flanc de coteau, guère impressionné par la pente et les éboulis légers que ses sabots provoquaient. D’où s’était-il sauvé, celui-là ? Paisible brouteur qu’on eût dit égaré, il goûtait sa liberté en vrai sage, sans se soucier d’autre chose que de ce chemin parfumé … Le chemin  …. Taillé à cul de bourrin écartant les épineux, son dessin sinueux persistera quelques jours encore, pour n'être finalement sensible qu'aux seuls yeux qui l’ont vu se tracer, les miens, et je dois l’entretenir discrètement presque quotidiennement, en prenant garde d’en laisser masqué l’accès. Ecartelées dans leurs toiles impeccables marquées d’un ultime zébra - fermeture à glissière de renfort, guerrières étoilées toutes pattes dehors, les épeires diadèmes immenses, striées de vert et jaune, pendues entre les buissons du maquis, exhibant sur leur dos le rond et la croix du symbole féminin, dessinent un labyrinthe mouvant d’heure en heure. Plus d’une fois je manque me jeter dans une toile et ma phobie anticipe avec une nausée spastique le froissement de coton du tissage déchiré, la fuite contre ma peau de la bête délogée, ma chute hurlante dans un buisson voisin garni de cocons qu’on écrase libérant leurs pensionnaires minuscules, horde à mille mandibules dévoreuse de mères ….Là, du calme mon cœur qui s’épuise ! Vois, le dédale piégé est derrière nous, quelques rocailles encore et j’atteins le sable sec de la crique inviolée. Quelques mètres de sable lisse, pas un caillou, l’eau devant moi translucide bordée de part et d’autre par des murs de roches entassées, écroulées, équilibrées par leur masse indicible. Tout au bout de cette anse, en face, la mer qui n’ose entrer ici qu'en laissant derrière elle le vent, les moutons, la colère.



Publié dans Pwouèsi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mme de K 29/08/2012 09:17

très beau !

Hemipresente 29/08/2012 11:41



Merci Mme !



ML 30/09/2007 09:14

PKS tu voulais poster sur le texte de Dagerman je peux deplacer ton comm si tu veux. Il m'a magnifiquement ébranlée. En douceur et en douleur. Et j'ai aussi pensé à toi.

PETITE MOMIE 30/09/2007 00:02

Fade, pâle, pur...beau!

PKS 29/09/2007 21:58

Magnifique référence. Ce texte est tout simplement sublime. Et je ne m'étonne pas qu'il me revienne de chez toi...

marie 28/09/2007 14:47

mah gnifico.