Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mais Mamaaaaaaaan

Publié le par Hemipresente

Mais Mamaaaaaaaan

Que la recherche de la lenteur au milieu des palpitations extrasystoliques de ce monde fou soit une nécessité vitale et un acte de rébellion, j'en avais déjà pleinement conscience il y a dix ans, en créant ce blog. J'étais alors maman d'un Nombril, chenille à poils doux, noisette, douce rigolote aux cils démesurés et un deuxième faisait son apparition dans mon monde. J'ai pris un plaisir infini à la regarder grandir, à lui montrer les toutes petites choses, à mettre des mots sur ses émotions, à donner de l'importance au temps ; j'ai adoré écrire ces instants précieux, que j'ai réunis et imprimés dans un livre dont elle possède l'un des deux seuls exemplaires.

...

Dix ans après, la créature duveteuse est devenue chrysalide incertaine - depuis déjà plusieurs mois... Il lui a poussé des seins, des jambes, des idées propres, quelques boutons évidemment, des hormones, des poils ... et une assez grande gueule. Il en résulte que, dans mon rôle d'éducatrice - mère - wonderwoman - consolatrice - pousse au cul - prescriptrice et juge je réalise aujourd'hui pleinement combien l'application méthodique de la lenteur peut être, chez l'ado aussi, l'expression profonde d'une résistance à tout....

Vingt fois par jour je presse ma fille, parce qu'elle ne surveille pas l'heure de partir au collège (ou à l'abri ados, ou chercher sa soeur, ou...), parce qu'elle vide le ballon d'eau chaude dans des douches interminables pour laver son corps d'albâtre filiforme d'1 m 63, parce qu'elle peut papoter des heures au téléphone avec ses amies, parce que je tiens à ce qu'elle daigne se présenter au dîner et mange chaud, en notre compagnie et à peu près droite sur sa chaise, parce qu'elle ne veut jamais aller se coucher alors qu'elle continue d'avoir de gros besoins de sommeil même si ça l'emmerde, parce que non je ne peux pas attendre et que oui c'est maintenant qu'elle doit m'aider à éplucher les légumes, parce que lorsqu'elle dit "je finis ma page" elle dévore un chapitre supplémentaire, parce que les devoirs à faire pour demain sont souvent vraiment pour demain quand ce n'est pas avant-hier et qu'il faut bien finir par s'y mettre, parce que les mots confiés à destination des profs ne sont jamais remis en temps et en heure.... C'est sans fin !

Et vingt fois par jour j'entends sa voix suprêmement agacée me brailler pour toute réponse un "Mais Mamaaaaaaan !!!!!!" outré et je mesure à mon énervement réactionnel combien sa lenteur, la lenteur, est une posture profondément résistante. Chez l'ado elle est dirigée contre les parents, les profs, tout ce qui de près ou de loin incarne l'autorité. Plus tard, elle fait sens.

Mais qu'adviendra-t-il d'elle, ma douce Gastonne molle, lorsqu'elle sera réellement soumise aux 'lois du marché" et à l'accélération irréfléchie, extérieure et subie, de sa vie, dans toutes ses composantes ? Je ne la pressens pas disposée à se hâter pour quelque motif que ce soit, à sacrifier la dégustation d'une seule fraise ou la douceur d'une seule minute de câlin avec le chat, à abdiquer la grasse matinée de lecture en pyjama dans la moiteur d'une couette ....

Continuera-t-elle de résister, y mettra-t-elle un peu plus qu'une réaction : une action, une volonté ?

Je veux croire qu'elle aura appris à jouir de la vie et que cet héritage discret et innommé que j'aurai diffusé, que nous aurons diffusé, jour après jour, lui servira, pour construire un peu plus qu'une vie professionnelle hyperactive et aveugle : une vie tout court, peut-être un peu à l'écart des sentiers battus, peut-être un peu différente, peut-être un peu plus authentique que cette fuite en avant décérébrée à laquelle nous invite l'environnement social.

Je continue de regarder ma chenille grandir et se développer : quel papillon donnera-t-elle ?

Partager cet article