Phoque !

Publié le par Hemipresente

... c'est le mot qui a jailli dans ma cervelle cette nuit-là en entendant tousser ma grande. Cette toux rauque caractéristique de la laryngite que les parents de mômes asthmatiques craignent et reconnaissent dans l'instant, elle m'avait pas manqué. On avait tout bien fait pourtant dans la journée, je me la sentais venir doucettement la crise, elle toussait, mouchait sec, se râclait la gorge trois fois par minute ... J'avais Célestènisé, Ventoliné, Becotidé et bécoté tant et plus, ben on n'y a pas coupé quand même. On a fini par juguler le truc en lui mettant l'humidificateur à fond, à telle enseigne que les murs en dégoulinent encore, et tout à l'heure quand je l'ai quittée pour aller prendre mon train, elle était toute verdâtre, les cernes gris creux, recroquevillée sous sa petite couette dans le grand canapé à se faire poupougner les cheveux par son papou. Ma belle grande petite douce.

On a l'impression qu'on arrive à protéger les gosses des soucis, enfin on voudrait bien y croire. On s'en donne une peine d'ailleurs pour tout cacher quand ça va pas, pour insuffler de la légèreté, presque à l'excès, dans le quotidien chahuté par les problèmes permanents de fin de mois qui arrivent avant les débuts, pour ne pas laisser paraître que ben ce mois-ci pour bouffer il ne reste que les petites pièces dans le porte-monnaie rose parce que la carte bleue est bloquée. On se bataille contre la grisaille envahissante, la morosité contagieuse, on se botte le cul et on y croit, même ! mais les mômes ... les mômes ils voient et sentent, et ne posent pas de questions avec leur bouche, alors leur corps parle.

Ce soir je m'en va jeter un cochon par-dessus les remparts (1), un cochon de lait bien gras, pour que tu ne voies plus l'état de siège où nous sommes, et que tu souries largement en bâffrant tes tartines. Je vais acheter avec les derniers kopeks un mini bloc de foie gras et on se fera une orgie devant In Ze Boîte. Voilà. Mais arrête de tousser mon amour.
____________________

(1) Cf. la légende de Dame Carcas. Charlemagne assiège la ville de Carcassonne depuis de longs mois déjà, les maladies et la famine menacent de faire rendre les armes à la ville, les habitants sont au bout, il ne reste plus qu'un petit cochon et un sac de bon grain.... Dame Carcas gave le cochonnet avec le blé, le jette par-dessus les remparts. Il s'écrase aux pieds des assaillants, meurt, vomit le blé qu'il avait avalé. Devant cette manifestation d'opulence, Charlemagne écoeuré lève le siège. C'est futé hein ?

Commenter cet article