La Fée bleue a eu soixante ans

Publié le par Hemipresente

La Fée bleue a eu soixante ans

La Fée bleue a eu 60 ans ...

Dans la vraie vie, c'est la plus jeune soeur de mon père, qui a vécu avec nous un temps à une époque où elle était mal. J'étais alors bien petite, à l'école maternelle. Je l'aurais bien gardée, pour toujours, comme grande soeur. Elle travailait en écoutant un immense poste de radio, se coupait les ongles des orteils contorsionnée, les pieds sur le bureau, m'emmenait, parfois, à Paris, chez ma tante et marraine, qui occupait un appartement sous les toits, avec poutres apparentes, où nous avions fait connaissance avec mon premier chat.

Elle m'a accueillie plus d'un été en Corse, j'ai passé des nuits et des nuits sur son canapé. Nous avons hurlé ensemble à la vue de La Veuve Noire trouvée sur son balcon ; son ex-mari Ulysse 31 (vous ne saviez pas ?) m'a appris la plongée en apnée et avec elle j'ai découvert le bronzage intégral, et que les garçons avaient un gros sifflet à la place de la foufoune ; elle mangeait n'importe quoi tout le temps, mais surtout des Picorettes, fumait des cigarettes bizarres en forme de cônes, qui sentaient fort, et on écoutait mon oncle à la guitare sèche jouer Jeux interdits et Francis Cabrel jusqu'à pas d'heure le soir "moi je n'étais rien et voilà qu'aujourd'hui ...".

C'était la plus belle grande soeur du monde ! Son rire me faisait faire des pitreries sans fin, je lui piquais du 19 de Chanel et on développait ensemble les photos prises à la plage dans sa salle de bains, à la lumière rouge. Elle me lisait avec déférence les longues cartes emplies d'absence et de tendresse de mon père, recouvertes de son écriture pourtant appliquée mais illisible pour moi, s'esclaffant lorsqu'elle-même ne parvenait pas à le déchiffrer. On achetait et bâfrait, avant même d'être remontées dans l'appartement, des bugnes à la camionnette du boulanger. Souvent on finissait de s'habiller en sautillant sur une jambe, dans l'escalier, pour aller l'attraper : lorsqu'il avait commencé de klaxonner en entrant dans la résidence je dormais encore, on se précipitait, gourmandes, en gloussant, et il nous attendait. Je brossais parfois ses cheveux blonds qu'elle portait longs jusqu'aux fesses. Sa peau était dorée, elle était belle comme le jour mais ses yeux étaient tristes .... alors on riait et le monde était beau.

Lorsque je revenais dans ma banlieue, souvent le soir je regardais le ciel et je chantais pour moi, rien que pour moi "quand on prie la bonne étoile ...".

La fée bleue a eu 60 ans .... Bon anniversaire, ma Cathy.

Commenter cet article